Comment éviter le greenwashing ? Ne pas tomber dans les pièges du blanchissement vert, aussi appelé éco-blanchiment, est une mission quasiment impossible aujourd’hui tant les marques cosmétiques utilisant des ingrédients synthétiques dangeureux, issus de la pétrochimie, exploitent le filon du bio, de l’organique, de l’écologie et de l’environnement pour vendre toujours plus de produits de beauté irrespectueux et désastreux. Certains industriels utilisent cette mascarade écologique pour vous mentir sur les valeurs de leur marque. Si vous voulez tout savoir pour éviter le greenwashing et découvrir de jolies marques de cosmétiques biologiques qui défendent réellement des valeurs écologiques, responsables, environnementales… bref, des valeurs nobles et green, lisez plutôt.

recyclage zéro déchet zero waste home - pranaloé - eshop cosmétiques bio

Qu’est-ce que le greenwashing ? Définition et enjeux

Le greenwashing est un terme anglophone largement utilisé en France, issu de la contraction de « green » (vert)  et de « brainwashing » (lavage de cerveau). Les marques l’ont bien compris : le public est de plus en plus concerné par la cause environnementale, écologique, éthique et sensible aux arguments « verts » des produits responsables. 

Des marques peu scrupuleuses saisissent cette opportunité pour redorer leur blason de pollueurs. D’après le site greenwashing.fr,  » le green washing, ou en français l’éco blanchiment, consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique.« 

Le greenwashing est donc une technique de marketing agressif exploitant faussement le filon de l’écologie et de l’environnement.

Destinés au public sensible à la cause écologique, les publicités et packagings inspirants s’avèrent finalement dépourvus de véritables arguments éthiques.

Pourquoi les marques pratiquent le greenwashing ? Tout simplement, pour vendre des produits pas chers à fabriquer qui n’ont que le nom de bio, écologiques, écoresponsables et respectueux. Autrement dit, le greenwashing est de l’écoblanchiment ou verdissage d’image.

Greenwashing : vrai et faux verts

Éviter le greenwashing : 4 astuces imparables

1. Décrypter les packagings

Couleurs vives, nature à outrance et packaging bling bling ? Attention ! Les marques pratiquant le greenwashing ont une furieuse tendance à exagérer leur soi-disant côté « green ». Les visuels commerciaux ont évidemment pour but d’attirer votre attention et de vous pousser à l’achat.

Toutefois, sachez qu’une marque réellement engagée n’a pas besoin de survendre son implication écologique. Comment repérer une marque réellement engagée ?

  • Son emballage est simple et souvent minimaliste, évoquant la nature sans excès ;
  • Le vocabulaire est simple, la composition INCI claire et concise ;
  • Les labels bio et certifications légales apparaissent clairement ;
  • la campagne de publicité met en avant la qualité des ingrédients, leur origine, leur mode de fabrication et l’engagement de la marque cosmétique.

2. Focus sur le vocabulaire utilisé

Le flou artistique

Un nom sans réelle identité, un slogan vague, des mots vides de sens… Contrairement aux apparences, ce flou artistique est savamment réfléchi pour gagner votre confiance. Parmi les termes imprécis, trop généralistes, sans chiffres associés ni données concrètes, voici quelques exemples qui pourraient vous tromper :

  • Naturel
  • Écologique
  • Eco-defensive
  • Vert ou green
  • Biodégradable

Attention : ces termes sont également utilisés par des marques possédant de réelles implications pour votre santé et l’environnement. L’effet d’accumulation et leur utilisation abusive doivent vous mettre la puce à l’oreille.

Comment s’y retrouver dans le vocabulaire ?

Lisez bien la composition INCI pour détecter la présence d’ingrédients toxiques et nocifs pour votre santé ou polluant l’environnement. Pour vous aider à déchiffrer la composition INCI de vos produits cosmétiques, voici deux outils en ligne :

  1. Encyclo ecolo
  2. EcoCompare

3. Labels bio et green : lesquels privilégier ?

Face à la multitude de labels, certifications, mentions et j’en passe, il y a vraiment de quoi être perdue ! Censés nous guider dans nos choix, les sigles mentionnés sur l’emballage nous induisent parfois en erreur. Supposés récompenser des produits de qualité voire d’excellence, certains labels imposteurs se glissent dans le palmarès aux côtés des 8 meilleurs labels bio.

pseudos labels cosmétique bio - pranaloé

Exemples :

  • Le point vert
  • logo « préserve la couche d’ozone »
  • logo « Tidy man »
  • la mention « saveur de l’année »
  • « produit de l’année »

Bon à savoir

Chaque label défend ses propres valeurs. Entre écologie, respect de la santé, préservation de l’environnement, zéro déchet, slow cosmétique et produit biologique et naturel, il faut parfois choisir. Consultez la liste des labels sur encyclo-ecolo.

Lire aussi  : Labels cosmétique bio : comment s’y retrouver ?

4. Éviter le greenwashing en décelant la publicité mensongère

Le greenwashing, c’est aussi lorsqu’une marque développe un discours sur le respect de l’environnement et du droit humain alors que son activité industrielle détruit l’environnement et viole les droits fondamentaux des populations. Pour n’en citer que quelqu’unes, voici quelques marques connues pour pratiquer le greenwashing : Veolia, Total, Apple, Areva, Air France, Le Chat, Renault, Audi, Herta, BN, entre autres.

Des entreprises pointées du doigt pour avoir menti ou abusé de l’argument écologique dans leur communication : Enquête France 2.

En résumé : comment éviter le greenwashing ?

Le greenwashing est une méthode marketing développée par des marques pour se racheter une conscience écologique afin de vendre davantage de produits. Dans les faits, les engagements sont loin d’être tenus. Pollution de l’environnement, exploitation humaine et risques toxiques pour votre santé… Voulez-vous vraiment acheter de tels produits cosmétiques tandis que vous recherchez l’excellence sanitaire pour votre beauté ?

Cet article vous a plu ?

Commentez et partagez à quelqu’un qui ne connaît pas encore les fourberies du greenwashing.

À bientôt pour un autre article sur la beauté bio responsable,

Tina de Pranaloé

Source : le Guide anti-greenwashing de l’ADEME

Vous pouvez également aimer :