Comment prévenir du Greenwhashing ?  Faux-verts !

Comment prévenir du Greenwhashing ?  Faux-verts !

Le Greenwhashing est un terme anglophone largement utilisé en France, qui est une méthode marketing consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique et environnemental pour un produit alors qui ne l’est pas vraiment. Greenwashing : contraction de « green » (vert)  et de « brainwashing » (lavage de cerveau).

Autrement dit, écoblanchiment ou verdissage d’image.

En d’autres termes, il s’agit d’une manipulation dans le but de pousser  les consommateurs à l’achat, en leur donnant une fausse bonne conscience et un sentiment de déculpabilisation.

En effet, les consommateurs sont de plus en plus sensibles et concernés par la cause environnementale, écologique, éthique et les marques l’ont bien compris. 

Les marques peu scrupuleuses cherchent donc à redorer leur image à travers des messages et des visuels qui leur correspondent en apparence, mais dépourvus d’arguments véritables.

Et vous ? Vous achetez vert ?

Le fait est, que malheureusement le Greenwashing est partout.  De la mode au cosmétique, les grandes marques ne se gênent pas pour se surqualifié d’écoresponsable.

Alors, comment s’y retrouver ? Voici quelques pistes.

Très souvent, les visuels : attention aux pictogrammes, aux illustrations sur les produits, les packagings assez verts qui évoquent le naturel, les images de plantes, les abeilles qui rappellent la nature… Ils ne veulent rien dire.

Le vocabulaire utilisé : des mots vagues, un nom ou un slogan ne rejoignant aucune réalité, tout est fait pour que ce soit flou pour vous rappeler la nature, le coté écolovert. Exemple de termes de tromperie,  d’abus : naturel, biodégradable, beauté pure et simple, végétal, botanique, éco défensine, sans gluten, sans OGM, sans parabens etc …

Vous l’aurez compris le terme naturel pourrait porter à confusion.

Pour vous y retrouvez, bien lire les étiquettes: l’INCI pour détecté si les ingrédients sont nocifs ou pas et qui pourrait indirectement avoir un impact sur l’environnement.

Pour vous aider à déchiffrer une liste INCI Encyclo ecolo ou avec EcoCompare

Un faux label : les sigles mentionnés sur l’emballage qui ont tendances à nous induire en erreur. Parfois légaux mais qui ne garantissent pas que le produit est écologique et qu’il respecte votre santé et l’environnement.

Exemple : Le point vert, logo « préserve la couche d’ozone », logo « Tidy man », la mention « saveur de l’année », « produit de l’année » etc …

Consultez la liste des labels avec  encyclo-ecolo.

Pub mensongère : discours sur le respect de l’environnement, du droit humain alors qu’en parallèle les impacts de leur activité à l’étranger continue de détruire l’environnement et  de violer les droits fondamentaux des populations. Pour ne pas les cités tous, il y a Veolia, Total, Apple, Areva, Air France, Le Chat, Renault, Audi, Herta, BN …

Des entreprises pointés du doigt pour avoir menti ou abusé de l’argument écologique dans leur communication.

Enquête France 2

Voilà…  est ce plus clair pour vous ?  Cet article vous a t’il plu ?

N’hésitez pas à nous faire part de vos avis, si vous aussi vous avez été confronté à un mensonge marketing.

Source : le Guide anti-greenwashing de l’ADEME

Pourquoi la cosmétique Bio ?

LES COSMETIQUES BIO : CHOISIR ET UTILISER UN SOIN COSMETIQUE NATUREL ET BIOLOGIQUE.

Choisir un produit cosmétique est souvent difficile. Pléthore de marques se  disputent le marché. Pourtant à l’heure de penser à de nouvelles façons plus écologiques de consommer, les cosmétiques biologiques sont en plein essor, justifié par leur composition irréprochable qui fait souvent défaut à d’autres produits de marques distributeurs ou de grandes marques. Alors, pourquoi choisir un produit cosmétique biologique ? Qu’est-ce qui se cache sous le terme de « bio » ? Quelle règlementation est en vigueur ? Et enfin existe-t-il des soins biologiques, naturels et pas chers ?

Un produit bio : qu’est-ce que c’est ?

Un produit dit « biologique » provient de l’industrie du même nom. Il ne comporte aucun produit chimique, polluant ou d’origine animale et qui pourrait être néfaste pour l’environnement ou nous-même. Un produit bio est donc en accord parfait avec votre corps et permet notamment de réduire considérablement le risque d’allergie voire même de cancer. En effet, plusieurs études récentes ont révélé que certains actifs pétrochimiques présents dans les produits cosmétiques pénétraient profondément dans l’organisme. Il est souvent très difficile de savoir le réel impact de ces actifs issus de la cosmétiques dite « conventionnelle » sur notre corps et notre santé. Les parabens, les huiles minérales et d’autres substances comme l’aluminium présent dans les déodorants commencent à être surveillés de très près et sont suspectés d’entrainer des maladies graves.

Les cosmétiques biologiques permettent aussi de respecter l’environnement. Leur mode de production n’impacte pas la biodiversité. Faire le choix de la cosmétique naturelle, c’est donc faire aussi un choix pour la planète, la qualité de l’air, de l’eau et des sols.

Plusieurs labels existent et vous garantissent que ces produits cosmétiques sont issus de l’agriculture biologique. Aussi ces organismes contrôlent la traçabilité des produits qui doit être exemplaire. C’est le cas du label français indépendant « Nature et Progrès », un label très exigeant puisque 100% des actifs doivent être biologiques pour qu’il soit accordé.

Au 1e janvier 2017, un nouveau label européen sera utilisé par les fabricants : COSMOS. Il vise à une uniformisation de la législation sur le plan européen et comprend de nombreuses exigences comme celle de privilégier des ingrédients naturels, des modes de production respectueux de l’environnement ainsi que des emballages responsables et écologiques.

Ces labels sont une garantie fiable car qui dit produit bio dit aussi produit contrôlé, soumis à des tests exigeants. C’est aussi un signal fort envoyé à l’industrie conventionnelle et qui pourrait l’encourager à terme à formuler à son tour des produits plus respectueux de l’Homme et de l’environnement.

Les cosmétiques bio : est-ce facile à utiliser ?

Deux types de produits existent. Il y a d’abord les soins dits « home made » c’est-à-dire « faits maison ». Vous achetez des actifs et vous composez ensuite vous-même vos produits. Plusieurs sites et boutiques se sont spécialisés dans ce type d’offre. Vous pouvez aussi composer un soin avec des ingrédients que vous avez dans vos placards comme le miel qui a des propriétés extraordinaires, énergisantes et purifiantes.

Il existe aussi des soins prêts à l’emploi, proposés dans le commerce. Vous aurez la certitude que les produits sont testés par des laboratoires performants et qu’ils répondront à vos exigences. Plusieurs marques proposent des produits de qualité pour un rapport qualité/prix plus que raisonnable comme la marque Melvita, pionnière de la cosmétique biologique depuis 1983.

Les textures, les odeurs ressemblent à s’y méprendre à celles des soins cosmétiques conventionnels. Les crèmes sont parfaitement absorbées par la peau. Les parfums, non chimiques ou de synthèses, sont souvent bien plus agréables car produits à base d’huiles essentielles : en plus d’être efficaces sur notre peau, ils ont aussi un impact bienfaisant sur notre système nerveux. Par exemple, un soin à base d’huiles essentielles de lavande vous apaisera et un soin à base d’huiles essentielles d’ylang ylang vous tonifiera efficacement et de façon naturelle.

Est-ce qu’un soin biologique fonctionne aussi bien qu’un autre soin ?

Oui, les soins cosmétiques biologiques sont vraiment efficaces ! Les technologies de la cosmétologie biologique sont aujourd’hui très au point et permettent de produire des soins qui agissent efficacement avec parfois très peu d’actifs, comme les huiles essentielles ou les hydrolats. Sachez d’ailleurs qu’une huile essentielle est 250 fois plus efficace qu’une herbe et leurs étonnantes propriétés ne sont plus à prouver aujourd’hui.

La nature offre une diversité d’ingrédients et d’actifs d’origine végétale ou minérale qui permettent de créer des produits toujours plus performants tout en étant sains et naturels. Les actifs naturels permettent aussi une meilleure interaction avec la peau et agissent en profondeur : plus qu’un produit cosmétique c’est un véritable soin !

Un produit cosmétique issu de l’agriculture biologique va subir exactement la même batterie de tests qu’un produit conventionnel sur le plan de l’efficacité, de la stabilité et de la propreté microbienne. Des tests de tolérances cutanées sont également effectués sur des personnes volontaires et non pas sur les animaux.

Il est vrai que certaines textures ou propriétés peuvent vous surprendre. Par exemple un shampoing bio moussera peu comparé à un autre produit conventionnel, car l’industrie de la cosmétique biologique utilise un tensio-actif naturel et non pas chimique. Mais il lave tout aussi bien, rassurez-vous.

Les prix commencent aussi à s’aligner et l’idée reçue selon laquelle le bio c’est cher commence à être dépassée.

Comment choisir son soin naturel et biologique ?

Veillez d’abord à choisir vos produits d’après votre type de peau. Vérifiez ensuite la durée de vie du produit, souvent bien plus courte que d’autres produits du commerce due à des conservateurs naturels souvent moins performants dans le temps, mais plus sains. Soyez aussi attentifs aux labels affichés sur le produit. Enfin, vérifiez le pourcentage d’ingrédients biologiques utilisés dans votre soin : il doit se situer entre 90 et 95 % au minimum.

Faites aussi attention : le bio étant une industrie qui marche, de nombreuses marques essaient de profiter de cet engouement et font ce que l’on appelle du « green washing » : un produit à l’allure naturelle mais qui n’est en fait rien d’autre qu’un produit conventionnel bourré de substances chimiques. Soyez attentif aux compositions et n’hésitez pas à vérifier vos doutes grâce à un outil utile : le dictionnaire des cosmétiques en ligne proposé par l’Observatoire des Cosmétiques.

Alors, n’hésitez plus à vous faire plaisir tout en faisant du bien à votre corps et à la planète. Essayez les cosmétiques bio.

Définir son type de peau

APPRENDRE A DEFINIR SON TYPE DE PEAU

Peau qui tiraille ou au contraire trop grasse et sujette aux imperfections, chacun a un type de peau spécifique qu’il est important d’apprendre à connaître et à déterminer afin de pouvoir lui offrir les meilleurs soins. Peau sensible, grasse, mixte, sèche, déshydratée ou bien encore réactive, quel est votre type de peau ?  Suivez nos précieux conseils qui vous aideront à déterminer votre type de peau et à lui donner tous les soins nécessaires et adaptés.

Déterminer son type de peau : faites le test !

Avant de pouvoir définir et analyser votre type de peau, pensez au préalable à bien la nettoyer en profondeur avec un hydrolat, une eau micellaire ou tout autre lotion de soin. Une fois propre, prenez un miroir grossissant pour observer le grain de votre peau.

Peau mixte ? Si vos pores sont visibles et bien ouverts sur le nez, le menton et le front, si votre peau vous parait épaisse sur ces différentes zones, avec des plis visibles : vous avez un type de peau mixte.

Peau grasse ? Si vous observez des pores dilatés sur tout le visage, votre peau est certainement grasse.  Pour en être sûre, faites le test du mouchoir.  Cette petite astuce donnée par Rona Berg, journaliste beauté du New York Times est simple et très efficace pour définir votre type de peau : placez un mouchoir en papier sur votre visage, appuyez dix secondes et observez le résultat. Si vous constatez des traces grasses sur tout le mouchoir, plus aucun doute : votre peau est de type gras.  Si vous n’observez des traces qu’au niveau du front, du menton et du nez de manière localisée, votre peau est  mixte.

Peau sensible ? Les peaux sensibles sont très souvent sujettes aux rougeurs notamment sur les joues. On observe aussi les vaisseaux sanguins à travers la peau. Les peaux sensibles réagissent à chaque changement de températures provoquant des rougeurs voire des affections plus importantes comme de la couperose (liée à la dilatation des petits vaisseaux sanguins qui se rompent sous la peau). Les peaux sensibles présentent aussi souvent des cernes très marquées et bleues sur le contour de l’œil. Synonyme de grande fatigue mais aussi de faiblesse vasculaire, elles peuvent témoigner de l’état de sensibilité de la peau.

Peau sèche ? Ce type de peau est très rare. Si votre peau tiraille, se desquame lorsque vous la frottez et que de fines pellicules de peau sont visibles : votre peau est sèche. Attention toutefois à ne pas confondre avec une peau déshydratée qui va se froisser comme du papier de soie lorsque vous la pincer très légèrement.

Quels soins pour quel type de peau ?


Après votre diagnostic, il vous faudra adapter votre routine de soins à votre type de peau.  Un soin qui convient à une peau sèche ne conviendra pas à une peau trop grasse et pourra même la rendre encore plus grasse.

Par exemple si votre peau est sensible, il vaudra mieux privilégier des produits doux avec peu d’actifs. Choisissez des soins réparateurs et favorisez les ingrédients naturels comme l’huile de jojoba, l’huile de noyaux d’abricots, le beurre de karité ou encore l’huile de coco.

Si les soins naturels vous intéressent et que vous souhaitez en savoir plus, suivez le Blog de Peau Neuve, experte en soin 100% naturel.

Si votre peau est grasse, privilégiez des soins calmants à base de calendula ou d’hamamélis. Evitez les produits trop abrasifs qui vont agresser votre peau, l’assécher et la rendre encore plus grasse à terme.

Si votre peau est mixte, utilisez des soins riches sur les zones les plus sèches de votre visage comme les joues et des soins plus légers sur les zones les plus grasses. Là encore, évitez les produits trop agressifs mais aussi les produits trop riches.

Si votre peau est sèche, compensez le manque d’hydratation avec des produits à base d’acides aminés.

Evaluez l’état de santé de votre peau

Bien d’autres facteurs sont à déterminer et à prendre en compte dans votre routine de soin. Si le type de votre peau restera constant et ne peut être modifié, l’état de santé de votre peau en revanche pourra changer tout au long de votre vie.  Peau mature, déshydratée, malade (eczéma, couperose, acné etc.) ou hyperpigmentée, zoom sur ces états qui demandent une attention encore plus particulière.

Une peau déshydratée ne doit pas être confondue avec une peau sèche. Souvent cette déshydratation est liée à des facteurs environnementaux tels que la pollution, le froid. Elle est aussi le témoin de votre état de santé (si vous ne buvez pas assez, si vous fumez ou prenez un traitement médicamenteux par exemple). Si votre peau est déshydratée,  votre routine de soin doit aussi reconsidérer votre alimentation. Adaptez votre régime alimentaire et buvez plus d’eau. Pensez aussi à nourrir votre peau avec des soins à base d’acides gras tels que l’huile d’onagre, de bourrache, l’huile de son de riz, d’argan, ou bien encore de rose musquée.

Si votre peau est malade et qu’elle est sujette à des imperfections ou bien encore à des dermatoses comme l’eczéma ou la couperose, privilégiez les huiles essentielles et les huiles végétales telles que l’huile de nigelle, de jojoba ou de calophylle. L’argile fait aussi des miracles avec les peaux  acnéiques.

Enfin si votre peau est mature, vieillissante, et qu’elle présente des rides liées à l’âge, choisissez des soins qui contiennent des actifs antirides comme le rétinol (vitamine A) ou de la vitamine C qui redonneront de l’éclat à votre peau. Des soins raffermissants à base de prêle et d’élastine, revitalisants à base de ginseng ou bien encore tenseurs à base d’albumine et de collagène seront aussi adaptés à vos besoins et redonneront de la tenue à votre peau tout en illuminant votre teint.