Quand commencer les soins anti-âge ?

Quand commencer les soins anti-âge ? Est ce vraiment une question d’âge ?

Quelle est la différence entre un soin anti-âge et un soin anti-rides ?

Petit tour de nos crèmes anti-âge et anti-rides !

Pour commencer … la peau c’est quoi ?

La peau est un organe vital composé de tissus souples, lisses, résistants, extensibles ou encore imperméables qui se renouvelle tous les 30 jours. Elle est l’organe le plus lourd du corps humain. Elle est composée de trois couches de tissus (épiderme, derme et hypoderme) qui ont pour fonction de former une barrière de protection de l’organisme contre les agressions du milieu extérieur. La peau est donc une enveloppe vivante qui se renouvelle constamment et  nous protège des rayons ultraviolets, des micro organismes ou des agressions externes. En avançant dans l’âge , le renouvellement cellulaire est plus lent. On parle donc de vieillissement de la peau qui se manifeste notamment par les rides,  les tâches, le relâchement cutané, le manque de fermeté.

A partir de quel âge doit on commencer les soins anti-âge ?

Il n’y a pas  d’âge précis pour songer à acheter un soin anti âge, car tout dépend du capitale génétique, de l’hygiène de vie et de l’environnement  dans lequel chacun de nous évolue . On commence à mettre des crèmes anti âge généralement vers l’âge de 25/30 ans.

Avant même de penser à un soin spécifique il est nécessaire d’avoir les bons gestes beauté le plus tôt possible et au fil des jours comme une bonne hydratation de la peau,  pour préserver son confort, sa souplesse, son coté pulpeux avec des produits peu agressifs, décapants,  se démaquiller en douceur, faire un gommage hebdomadaire et  surtout, ne pas oublier de protéger son visage des UV car ils sont grands pourvoyeur des signes de vieillissement cutanée.

Anti âge ou Anti rides ?

On confond souvent les deux alors que les effets sont différents. Une crème anti-âge est un terme générique regroupant les crèmes qui traitent les signes de vieillissement.  Un soin anti-âge est composé d’actif puissant qui vont agir sur la ride, les tâches, la fermeté ou le relâchement cutané enrichi en actif hydratant, d’huiles végétales, d’hydrolat  pour apporter confort et apaisement. Une crème anti-rides  est un soin plus ciblé qui va agir sur la ride. Des crèmes qui utilisent des principes actifs et qui aide le renouvellement cellulaire et atténuent l’aspect des rides (front, patte d’oie, contour de la bouche …).

Quelles sont les crèmes anti-âge efficaces ?

Crème à l’acide hyaluronique 

L’acide hyaluronique (AH) est une molécule naturelle présente dans le derme, dans les articulations ou même l’œil. Elle agit comme une éponge en captant et maintenant l’eau. Sa quantité diminue avec l’âge. Elle est principalement utilisée pour ses propriétés en matière de comblement des rides, elle permet de repulper certaines zones du visage.

Crème aux peptides de venin de serpent

Un peptide est une molécule constituée d’acides aminés. Il existe une énorme variété de peptides suivant le nombre d’acides aminés. Les dipeptides sont composés de 2 acides aminés. Les tripeptides sont composés de 3 acides aminés.. Polypeptide ou polypeptides au dessus de 10.

Les peptides vont régénérer naturellement les cellules épidermiques, détendre les muscles du visage et rendent la peau plus ferme, douce et lisse.

Crème à l’ hibiscus

L’hibiscus est un arbre tropical de la famille des malvacées.

On retrouve souvent l’extrait de fleur d’hibiscus dans les soins bonne mine et anti-âge pour ses puissantes propriétés anti-oxydantes liées aux anthocyanes, acides de fruits et polyphénols, réputées dans la lutte contre le vieillissement cutané. La fleur d »hibiscus est donc un parfait anti-âge car elle est capable de capter les radicaux libres résultant du stress oxydatif et de les neutraliser. Nombreux sont les soins adoucissants et hydratants visage et corps qui comportent de la fleur d’hibiscus également.

Découvrez également nos fluides anti âge avec leurs ingrédients d’exceptions, Maravilia, Magnifica, Lia, Nuit câline et nos autres soins anti âge.

Maintenant, vous êtes prêts à traverser le temps sans prendre une ride !

Quelle huile végétale pour ma peau ?

Quelle huile végétale pour ma peau ?

Pour prendre soin de votre peau en toute simplicité, les huiles végétales font des miracles car elles contiennent des acides gras et des vitamines liposolubles qui pénètrent plus facilement sous la peau, mieux que l’eau, les gels ou les crèmes.

Les choisir de la meilleure qualité possible, une première pression à froid, vierge et bio dans l’idéal. Un label AB peut garantir ce type d’extraction en plus du respect de la culture de la plante.

Pour achetez des huiles de bonnes qualités, je vous invite à visiter le site de Slow cosmétique

Appliquer une crème de soin sur la peau est bénéfique mais savez-vous que ce sont les huiles végétales qui sont seules aptes à hydrater et soigner votre peau. Posez-vous la question : les huiles que contiennent mes soins, sont-elles minérales, végétales ? Naturels ou pas ?

Qu’est-ce qu’une huile végétale ?

Les huiles végétales sont très utilisées depuis des milliers d’années dans le domaine du cosmétique naturelle car elles possèdent de nombreuses vertus. Elles sont la base des crèmes, des masques, des huiles de soin et de massage, des après-shampooings… et de toutes les émulsions en général.

L’huile végétale est un corps gras extrait de plantes capables de fournir une huile végétale dite oléagineuse. C’est-à-dire, que l’on tire cette substance huileuse appelé aussi beurre végétal, soit de leurs fruits, de leurs graines ou de leurs noix, tous riches en lipides.

Parmi les plus connues, on trouve l’huile de jojoba, l’huile de macadamia, l’huile d’amande douce, l’huile de noisette, l’huile d’argan, l’huile de rose musquée.

Les principales caractéristiques d’une huile végétale sont les suivantes : riche en vitamines E, D, A, en acides gras insaturés essentiels, acides gras mono-insaturés, en oméga-3, 6 et 9. Une action bénéfique pour la peau (protège, nourrit, assouplit, régénère et préserve du vieillissement de la peau.

Quelle différence entre huile végétale et huile essentielle ?

Souvent confondus, alors que ce sont des substances très différentes, il est indispensable de bien faire la différence.

Les huiles végétales comme Olive, Bourrache, Noix, Macadamia : pression

 Les huiles végétales sont des corps gras, ont des textures huileuses.

Elles ont des propriétés nourrissantes, protectrices, assouplissantes pour la peau par leur riche composition en divers acides gras et vitamines.

Elles sont vierges et extraites par première pression à froid, pour les huiles végétales de qualité, à partir des graines de la plante. Souvent utilisées comme base pour des soins spécifiques. Source : Esenka

 Les huiles essentielles comme la Lavande vraie, Camomille romaine, Menthe poivrée : distillation

Les huiles essentielles contrairement aux huiles végétales n’ont pas de textures huileuses. Elles sont en fait le résultat de l’extraction de l’essence contenue dans les différents organes de la plante (racines des feuilles, de la tige, des écorces, des pétales d’une plante.

Elles ont des propriétés très variées (tonique, digestive, apaisante, relaxante, cicatrisante).

Elles sont extraites de plantes aromatiques par distillation à vapeur d’eau ou par pression à froid pour les zestes frais d’agrumes.

Elles sont définies par leur chémotype, molécules biochimiquement actives classées en familles chimiques : monoterpénols, phénols, sesquiterpènes).

Ne sont pas solubles dans l’eau, elles restent à sa surface.

Il n’existe pas de contre-indication à l’utilisation des huiles végétales. Certaines, comme l’huile d’Amande douce, sont d’ailleurs recommandées pour le soin des bébés.

En revanche, les huiles essentielles sont très puissantes et il est nécessaire de prendre toutes ses précautions et d’éviter leur utilisation sur les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes.

Comment utiliser les huiles végétales ?

Elles peuvent être utilisées seules, en synergie avec les huiles essentielles ou en compléments de nos crèmes.

Pour une utilisation pure : 4 à 5 gouttes d’huiles végétales, faire chauffer dans les mains et l’appliquer d’une façon très uniforme sur le visage, le cou ou le décolleté comme votre soin habituel.

Les huiles végétales, nous l’avons vu, apportent des éléments nécessaires à notre organisme grâce à leurs acides gras et vitamines E anti oxydantes. On les utilise donc en cosmétiques, seules, dans des cosmétiques tout prêts ou que l’on confectionnera soi-même !

Avant de choisir l’huile végétale la plus adaptée à votre peau, il faut connaître votre type de peau ! Grasse, sèche, sensible, peau mixte ect …

Par ici pour définir votre type de peau

Huiles végétales les plus utilisées, regroupées dans ce tableau :

Source : Compagnie des sens

Si vous avez d’autres questions beauté, n’hésitez pas à me le faire savoir, j’y répondrai avec plaisir lors d’un prochain contenu.

Comment prévenir du Greenwhashing ?  Faux-verts !

Comment prévenir du Greenwhashing ?  Faux-verts !

Le Greenwhashing est un terme anglophone largement utilisé en France, qui est une méthode marketing consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique et environnemental pour un produit alors qui ne l’est pas vraiment. Greenwashing : contraction de « green » (vert)  et de « brainwashing » (lavage de cerveau).

Autrement dit, écoblanchiment ou verdissage d’image.

En d’autres termes, il s’agit d’une manipulation dans le but de pousser  les consommateurs à l’achat, en leur donnant une fausse bonne conscience et un sentiment de déculpabilisation.

En effet, les consommateurs sont de plus en plus sensibles et concernés par la cause environnementale, écologique, éthique et les marques l’ont bien compris. 

Les marques peu scrupuleuses cherchent donc à redorer leur image à travers des messages et des visuels qui leur correspondent en apparence, mais dépourvus d’arguments véritables.

Et vous ? Vous achetez vert ?

Le fait est, que malheureusement le Greenwashing est partout.  De la mode au cosmétique, les grandes marques ne se gênent pas pour se surqualifié d’écoresponsable.

Alors, comment s’y retrouver ? Voici quelques pistes.

Très souvent, les visuels : attention aux pictogrammes, aux illustrations sur les produits, les packagings assez verts qui évoquent le naturel, les images de plantes, les abeilles qui rappellent la nature… Ils ne veulent rien dire.

Le vocabulaire utilisé : des mots vagues, un nom ou un slogan ne rejoignant aucune réalité, tout est fait pour que ce soit flou pour vous rappeler la nature, le coté écolovert. Exemple de termes de tromperie,  d’abus : naturel, biodégradable, beauté pure et simple, végétal, botanique, éco défensine, sans gluten, sans OGM, sans parabens etc …

Vous l’aurez compris le terme naturel pourrait porter à confusion.

Pour vous y retrouvez, bien lire les étiquettes: l’INCI pour détecté si les ingrédients sont nocifs ou pas et qui pourrait indirectement avoir un impact sur l’environnement.

Pour vous aider à déchiffrer une liste INCI Encyclo ecolo ou avec EcoCompare

Un faux label : les sigles mentionnés sur l’emballage qui ont tendances à nous induire en erreur. Parfois légaux mais qui ne garantissent pas que le produit est écologique et qu’il respecte votre santé et l’environnement.

Exemple : Le point vert, logo « préserve la couche d’ozone », logo « Tidy man », la mention « saveur de l’année », « produit de l’année » etc …

Consultez la liste des labels avec  encyclo-ecolo.

Pub mensongère : discours sur le respect de l’environnement, du droit humain alors qu’en parallèle les impacts de leur activité à l’étranger continue de détruire l’environnement et  de violer les droits fondamentaux des populations. Pour ne pas les cités tous, il y a Veolia, Total, Apple, Areva, Air France, Le Chat, Renault, Audi, Herta, BN …

Des entreprises pointés du doigt pour avoir menti ou abusé de l’argument écologique dans leur communication.

Enquête France 2

Voilà…  est ce plus clair pour vous ?  Cet article vous a t’il plu ?

N’hésitez pas à nous faire part de vos avis, si vous aussi vous avez été confronté à un mensonge marketing.

Source : le Guide anti-greenwashing de l’ADEME